L’album discret, mais brillant, de Seu Jorge

Seu Jorge
Seu jorge (photo Daniel Achedjian)

Ayant écrit de nombreux articles sur David Bowie dans les années 80 et début des années 90, j’ai suivi de loin les livres parus sur l’artiste londonien disparu début 2016. La musique populaire brésilienne avait envahi mon monde musical, et il m’était difficile de suivre ce qui se passait dans les pays anglo-saxons.
En 2016, il ne faut pas être devin pour deviner que les ouvrages depuis son décès se sont multipliés, pour le meilleur et pour le pire, mais certains livres se distinguent par leur originalité.
C’est le cas de « The Freakiest show » de Dave Thomson, qui rassemble tous les « covers » qui ont été enregistrés des compositions de Bowie durant sa carrière.

Livre "The freakiest show"

Et de temps en temps, on découvre des petites perles d’artistes peu connus sur Youtube ou Spotify.

Dans la comédie « The Life Aquatic with Steve Zissou » de Wess Anderson, avec Bill Murray, Cate Blanchett, Willem Dafoe, Angelica Huston sorti sur les écrans en 2003, l’histoire raconte la recherche d’un requin tigre par une équipe menée par Murray (personnage inspiré du commandant océanologue français Jacques-Yves Cousteau) lors d’une épopée subaquatique, avec l’étonnante particularité de voir figurer Seu Jorge (sans réel influence sur le scénario), qui tel un troubadour, fan de David Bowie, chantonne à la guitare acoustique des chansons extraites des premiers albums de l’anglais : Life on Mars ?, Starman, Ziggy Stardust, When I live my dreams, Five Years, ou encore, Changes.

seu Jorge, The life aquatic

The Life Aquatic

Le double challenge de Seu Jorge était de jouer ces titres plutôt sophistiqués (Life on Mars !) avec une simple 6 cordes de nylon, et surtout de les traduire en portugais ! Disons-le d’emblée, les textes n’ont presque rien de commun, mais surtout, on peut considérer cet album comme un album de carrière. De fait, seul cinq chansons apparaissent dans le film. Les 9 autres furent enregistrées pour le bon plaisir de Seu Jorge, amateur de l’oeuvre de Bowie, principalement de « Hunky Dory » (1971) et « The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars » (1972)
Le résultat aurait pu être catastrophique. Et pourtant…Quand l’album est sorti, le carioca à la voix inégalable nous a surpris et le résultat se situa au-delà de ce que l’on pouvait attendre. Bien plus que le film qui fut un fiasco, malgré des critiques favorables.
En fin de compte, en priorité, un personnage avait le droit de donner son avis, puisqu’il était l’auteur des chansons: Bowie s’est exprimé (ce qu’il ne fait peu à propos de ses reprises !) dans de nombreuses interviews, louant le travail du brésilien,  allant jusqu’à dire que la plupart de adaptations n’avaient pas eu d’égales à sa connaissance.
Que je sache, il n’y eut pas de contacts officiels entre les deux artistes, mais je confirme que ce qui devait être une simple bande sonore, dotée d’une pochette peu attrayante, est un album extrêmement plaisant à écouter.
Il ne pouvait y avoir qu’un véritable artiste pour reprendre avec âme et créativité, des titres qui avaient aidé à faire de Bowie, en 1971-1972, ce qu’il devint par la suite. Même si le disque n’est plus d’actualité, on ne peut que vous conseiller de l’écouter d’une manière ou d’une autre.

 

Seu Jorge
Cena do filme « The Life Aquatic » com Seu Jorge